– 1 – Toxine botulique : Ce que l’on pense à tort

17 février 2017
toxine-botulique

La toxine botulique a souvent été au coeur de beaucoup de débats. LAZEO souhaite lever le voile sur cette toxine qui nous vient de la médecine thérapeutique. Utilisée en esthétique à des doses minimes et en toute sécurité, beaucoup de traitements font appel à ce produit tant ses résultats sont naturels et efficaces.

La toxine botulique est-elle dangereuse pour l’homme et sa santé ?

Pour rappel, la toxine botulique est une protéine produite par Clostridium botulinum et responsable du botulisme. Il existe plusieurs types de toxines, seules les types A et B sont utilisées à visée thérapeutique.

En médecine thérapeutique, la toxine botulique est utilisée pour traiter la spasticité (blocages musculaires intempestifs). On l’utilise également pour traiter les migraines chroniques. C’est alors l’équivalent de 24 flacons de Botox qui sont injectés pour relâcher les muscles en cause.

En médecine esthétique, des dizaines de milliers de patients ont été traités depuis plus de 30 ans. De manière répétée, sans qu’aucun effet secondaire assez gênant ne soit survenu pour qu’elle soit retirée du marché. Les doses utilisées varient entre 1 et 4 unités par point d’injection pour traiter l’ensemble d’un visage.

Il existe trois types de toxines botuliques (de type A) utilisées en médecine esthétique et chacune de ces toxines a des avantages et des inconvénients.

Il est important de bien comprendre les mécanismes d’action de la toxine botulique pour appréhender au mieux leurs différences.

Certaines sont plus puissantes, diffusent plus largement et ont tendance à durer un peu plus longtemps. Elles sont particulièrement adaptées aux patients qui ont des traits marqués. Notamment chez les patient plus âgés dont les muscles sont plus raccourcis, les hommes et les sportifs qui ont les muscles bien plus contractés.

D’autres toxines sont beaucoup plus précises mais moins efficaces sur la relaxation musculaire. Elles seront plutôt utilisées chez des patients jeunes, qui souhaitent simplement estomper les rides au niveau supérieur du visage et conserver un maximum leurs expressions naturelles.

Traiter les rides d’expression à l’aide de la toxine botulique est délicat. Il est nécessaire d’avoir une bonne connaissance de l’anatomie du visage.

Les médecines LAZEO analysent le plus précisément possible les patients qu’ils vont traiter afin d’adapter au plus juste le schéma d’injection ainsi que les doses utilisées en chaque point. C’est la meilleure façon de procéder afin de respecter au mieux l’identité de chaque patient et leur donner ce “coup de jeune” tant recherché.