6 techniques pour rajeunir en médecine esthétique [Part.2]

Le peeling pour booster l’éclat

Les peelings ont deux objectifs : débarrasser la surface de la peau des cellules mortes et stimuler les cellules plus en profondeur pour redonner de l’éclat au teint.

Le plus utilisé est le peeling superficiel, à base d’acide de fruits comme l’acide glycolique dont l’action, très en surface, permet d’apporter un effet bonne mine immédiat. Si votre visage (vos mains, votre décolleté) présente aussi des rides, des taches pigmentaires, un relâchement, des cicatrices d’acné, le praticien peut alors choisir un peeling moyen au TCA qui agit sur le derme.

Avec un peeling superficiel, vous pouvez retourner travailler immédiatement, avec le moyen il faut attendre une semaine car la peau desquame fortement et vire au rouge lorsqu’elle est à vif. L’exposition solaire est proscrite après (et ce jusqu’à 3 mois pour un peeling moyen).

Les ultrasons pour remettre le visage en tension

Les ultrasons focalisés de haute intensité utilisent l’énergie ultrasonique afin de créer des points de coagulation qui « réveillent » la peau. Ils agissent sur le derme et l’épiderme pour stimuler les fibroblastes. Ces derniers se remettent à produire du collagène et des fibres élastiques pour redonner de la fermeté au visage.

Lors d’une séance (de 30 minutes à 1 heure), le médecin applique un gel conducteur sur la peau pour faciliter la pénétration des ultrasons de la machine. Chaque impact crée un point sur la peau qui la fait se rétracter et donc la stimule. Ensuite, la peau peut-être légèrement rosée. Vous pouvez constater une amélioration dès la sortie du cabinet mais les vrais résultats sont visibles au bout de 3 mois, le temps de la remise en route des fibroblastes. En général, une à deux séances espacées de 6 semaines suffisent à retrouver un vrai tonus.

La radiofréquence pour prévenir le relâchement

Cette technique est réalisée avec un appareil qui émet des ondes électromagnétiques. Elles produisent de la chaleur dans les tissus sous-cutanés pour relancer la production de collagène. Les médecins esthétiques la préconisent particulièrement avant 45 ans pour redonner du tonus à l’ovale du visage ou de la fermeté au cou.

Pendant le traitement, vous pouvez ressentir une sensation de chaleur, mais rien de très douloureux. La peau peut présenter quelques rougeurs après la séance, mais pas durables.

Les fils tenseurs pour un lifting en douceur

Ces fils sont en acide polylactique ou en PDO (polydiaxonone), totalement résorbables. Ils permettent de sculpter le visage sans chirurgie. Certains sont munis de petits cônes, d’autres de crans pour créer une réaction au cœur de la peau, qui réenclenche le processus de production de collagène. L’intervention est un peu plus lourde que des injections mais elle reste très abordable. Les fils peuvent redonner du rebond aux joues, lisser le cou, remonter les pommettes, ou encore gommer la patte d’oie.

L’effet lifting est immédiat et entraîne une stimulation du collagène sur le long terme ce qui assure un résultat volumateur ultra-naturel pendant 12 à 24 mois. Le visage peut rester sensible pendant quelques semaines, et présenter des bleus pendant plusieurs jours.


Suivez-nous
@lazeoparis