Cheveux clairsemés, chute diffuse ? Ce qui nous donne des complexes peut être définitivement guéri grâce à une greffe capillaire. Explication d’une intervention de plus en plus fréquente en médecine esthétique.

Stress, ménopause, prise de certains médicaments, brossages trop violents, extensions, coiffures trop serrées, ou tout simplement terrain héréditaire… Les facteurs sont nombreux concernant la chute de cheveux. 

Ce qui, chez un homme, est peu réjouissant, est souvent vécu pour les femmes comme un véritable drame esthétique.

À qui s’adresse une greffe de cheveux ?

La greffe capillaire concerne toutes celles et ceux dont la peau du crâne est visible en certains endroits ou le front se dégarnit. En bref, toutes les personnes qui perdent leurs cheveux.

En pratique, lors d’une greffe de cheveux, on prélève le cheveu avec son follicule. Ainsi il est autonome et garde toutes ses caractéristiques : forme, volume, couleur…

Attention, en cas de chimiothérapie qui aurait détruit notre bulbe, la greffe n’est pas possible avant plusieurs années.

L’extraction folliculaire (FUE) 

Cette intervention idéale pour les petites et moyennes alopécies, consiste à prélever directement des micro-greffes d’environ 1 mm de diamètre sur le crâne (ou n’importe où sur le corps).

Sur le ventre et sous anesthésie locale, le médecin rase à 1 mm la zone donneuse pour voir l’émergence du cheveu et son implantation.

Chaque greffon retiré peut contenir de 1 à 3 cheveux. Puis, en position assise cette fois-ci, une anesthésie locale est administré dans la zone à implanter, avec une micro lame ou une aiguille.

La séance peut durer de 3 à 5 heures maximum, en fonction du nombre de cheveux à transplanter.

Avantages : pas d’agrafe ni de suture. La cicatrisation est rapide et discrète. 

Les suites : Un bandage est posé, à retirer le lendemain, pour éviter les saignements pendant la nuit. Peu de douleurs, qui peuvent être soulagées par un antalgique et un anti-inflammatoire. Les activités peuvent reprendre une vie normale dès le lendemain.

Après une greffe, restez vigilants

On peut mouiller nos cheveux dès le lendemain, en faisant attention à ne pas frotter les greffons avant trois semaines. Il est possible d’utiliser un shampoing doux après cinq jours.

On pense à bien hydrater les greffons pour éviter les croûtes et accélérer la cicatrisation.

On évite les efforts intenses pendant une dizaine de jours et évidemment on se refuse toute teinture capillaire avant un mois. Si le besoin de teindre nos cheveux se fait sentir, on est prévoyante et on le fait jusqu’à 48 heures avant l’intervention.