Opération bonne mine : les techniques qui marchent

15 mai 2018

Injections bonne mine ou peeling doux… Des techniques de médecine esthétique qui peuvent requinquer votre peau.

Un peeling pour donner de l’éclat

Ce grand classique revient en force grâce à la tendance peau nude venue d’Asie. Il n’y a pas mieux pour apporter de la luminosité au teint, mais il faut plusieurs séances, quatre en moyenne.

La peau est débarrassée de toutes ses impuretés, le teint est éclatant.

Les limites: On reste sur un peeling doux, à renouveler régulièrement pour conserver tous les bénéfices.

Une injection subtile pour combler un cerne creux

Le médecin doit choisir un acide hyaluronique adapté à cette zone fragile. La lidocaïne intégrée au produit permet une micro-anesthésie locale pour un traitement sans picotements ni douleur. Injecté à la canule et en profondeur, l’acide hyaluronique soulève les tissus fins et fragiles pour former un coussinet combleur. Un petit bleu peut parfois apparaître au point d’injection.

Comme on injecte près de l’os, il n’y a pas de hyaluronidase, cette enzyme qui dégrade naturellement l’acide hyaluronique. Ce dernier tient donc très longtemps, parfois au-delà de trois ans.

Les limites: Une zone très délicate à ne pas laisser entre toutes les mains.

Des injections pour repulper les lèvres

On injecte un acide hyaluronique peu volumateur, à la canule ou à l’aiguille pour plus de précision. Comme la bouche peut ensuite être très gonflée pendant vingt-quatre heures, on programme la séance avant un week-end.

Ça donne quoi ? Une bouche repulpée. Dans cette zone très mobile et vascularisée, le résultat dure environ neuf mois.

Si on craint l’excès, le médecin peut injecter un Skinbooster qui va seulement réhydrater et lisser les lèvres.

Les limites : Si les lèvres sont très fines et rentrent vers l’intérieur, le traitement est compliqué, estime la dermatologue. Et le résultat est rarement harmonieux quand la lèvre blanche [zone sous le nez, ndlr] est longue.