Traitement

Alopécie femme

Les cheveux sont sans aucun doute le symbole de la beauté féminine. Et lorsque la calvitie touche une femme, elle touche également toute son identité féminine. De ce fait, l’impact psychologique est bien souvent beaucoup plus fort sur la femme que sur l’homme.

Qu’est-ce qu’une alopécie féminine ?

L’alopécie est un terme pour définir la chute de cheveux. Heureusement, la calvitie féminine est plus rare. Néanmoins, elle est un motif fréquent de consultation chez le dermatologue. La calvitie chez la femme est différente de celle de chez l’homme puisqu’elle touche principalement le sommet du crâne et la raie centrale, mais n’est jamais complète.

Quels sont les différents types d’alopécie chez la femme ? 

  • L’alopécie androgénétique est ce qui provoque le plus couramment les chutes de cheveux chez la femme. D’après des recherches scientifiques, on compte 20 % de femmes diagnostiquées par une affection d’alopécie après la ménopause, contre 50 % chez les hommes de cinquante ans. Chez la femme, la perte des cheveux n’est pas complète et apparaît progressivement et plus lentement que chez les hommes. De plus, elle se localise uniquement au sommet de la tête et au niveau de la raie centrale.  
  • L’effluvium télogène, autrement appelée alopécie diffuse, est caractérisée par une réduction de la densité des cheveux sur l’intégralité du cuir chevelu. Elle apparaît avec une chute soudaine et massive de la masse capillaire, avec une perte de touffes entières de cheveux. Cette alopécie reste passagère. 
  • L’alopécie cicatricielle se présente sous forme de cicatrice lisse et brillante, et sur laquelle les cheveux ne repoussent plus.
  • La pelade, aussi appelée alopécie en plaque, apparaît sous forme de chutes importantes de cheveux sur plusieurs zones du cuir chevelu. Elle touche la plupart du temps des zones délimitées, mais dans certains cas plus graves, c’est la totalité des cheveux qui tombent. Concernant la repousse, elle survient à partir de 6 à 12 mois après la perte. Mais dans certains cas, les personnes doivent attendre plusieurs années avant de voir leurs cheveux repousser. 
  • L’alopécie de traction se manifeste par une perte des cheveux progressive au niveau de la zone frontale et des tempes. Elle est plus fréquente chez les femmes.
  • La trichotillomanie chez l’adulte se montre par un dégarnissement progressif de zone du cuir chevelu. Elle touche en grande majorité les enfants et les adolescents.
  • L’alopécie séborrhéique : due à un excès anormal de sébum qui va accélérer le cycle de vie du cheveu. Cette sécrétion anormale de sébum est due à des perturbations hormonales.

Quelles sont les causes de l’alopécie chez la femme ?

L’alopécie féminine est due à un ensemble de facteurs.

La principale cause d’alopécie chez la femme est hormonale. Il est scientifiquement prouvé que la chute des cheveux est liée aux variations hormonales dans le corps. En effet, l’alopécie androgénétique est dûe au développement d’hormones mâles dans le corps qui fragilisent les follicules pileux. Même si les femmes ne produisent que de petites quantités d’androgènes, elles-mêmes sécrétées par les glandes surrénales, cela suffira à déclencher le processus de perte de cheveux. 

La prise de la pilule contraceptive peut être également un facteur déclenchant. Les pilules progestatives pourraient avoir des effets indésirables sur la chute des cheveux. Tandis que, les pilules progestatives associées à des œstrogènes pourraient avoir des effets positifs sur la qualité du cheveu. 

La calvitie féminine peut également être causée par certaines maladies liées aux ovaires ou à certains traitements médicaux, tels que les antidépresseurs, la chimiothérapie, la radiothérapie, ou les anticoagulants, ce qui entraîne une alopécie passagère.

Ils existent d’autres facteurs quotidiens qui sont à considérer dans la perte des cheveux, ceux-ci ne provoquent pas l’alopécie définitive : les coiffures (tresses, lissages, permanentes), les produits fixateurs, les appareils à coiffer, les colorations fréquentes, les soins et shampoings trop agressifs, les fièvres, les périodes de stress, les accouchements et les régimes alimentaires stricts. 

La circulation sanguine joue un grand rôle dans la pousse de vos cheveux, c’est ce qui lui donne sa source de vie. Il y a donc un lien entre l’alopécie et la circulation sanguine.

Comment lutter contre l’alopécie chez la femme ?

Il y a différentes façons de prévenir l’alopécie féminine, tout dépend de son stade d’évolution. 

  • Injections : On peut traiter l’alopécie grâce à la mésothérapie capillaire qui est un cocktail revitalisant contenant de l’acide hyaluronique ainsi que des vitamines. Cette technique permet de freiner la chute des cheveux et de stimuler sa repousse. 
  • Greffe de cheveux : Une autre solution pour contrer l’alopécie est de faire une greffe des cheveux. Celle-ci consiste à implanter des micro-greffes d’environ 1 mm de diamètre au niveau des zones dégarnies. Cette intervention se fait sous anesthésie locale et peut durer de 3 à 5 heures. 
  • Nutrition : Pour commencer, la prise de complément peut favoriser la croissance des cheveux et les rendre plus résistants et volumineux. En effet, les carences alimentaires ont un impact sur la santé et la chute du cheveu. L’alimentation a un réel impact sur la santé du cheveu puisqu’ils ont des besoins spécifiques en termes de vitamines. 
  • Traitements médicaux : Il existe aussi des traitements médicaux anti-androgènes qui peuvent aider à la régularisation de l’alopécie androgénétique. 

Cosmétiques : Selon le stade d’avancée de l’alopécie, certains traitements esthétiques sont efficaces pour masquer la chute des cheveux. En effet, il est possible de porter des perruques ou d’avoir recours à des poudres densifiantes, contenant de la fibre capillaire, et qui s’appliquent au niveau du cuir chevelu.

Prenez rendez-vous en ligne

Sélectionnez votre région
BelgiqueBelgique
FranceFrance
Français
LuxembourgLuxembourg
Êtes-vous situé en Belgique Belgique ?