Yoga, méditation… Prévenir le vieillissement cutané prématuré

Pour garder une mine fraîche et une peau tonique, nous vous conseillons la médecine esthétique. Mais il y a également d’autres techniques pour prévenir le vieillissement prématuré de sa peau. Acupuncture, massage, naturopathie ou yoga, ces méthodes douces et durables peuvent beaucoup pour illuminer notre épiderme.

Nous savons qu’il faut chouchouter sa peau sur le long cours en veillant à son hygiène de vie. Et cela demande d’y consacrer temps et budget. Aujourd’hui, nous recherchons avant tout une routine globale qui va au-delà de la consommation de cosmétiques ou de techniques avec une promesse de résultat immédiat.

Il y a un processus naturel de vieillissement. Le corriger ne consiste pas uniquement à traiter la surface, c’est aussi une question de rythme de vie, de sommeil, d’alimentation. Le meilleur antirides ne compensera jamais une mauvaise hygiène de vie. 

Le yoga pour rééquilibrer ses hormones

Bien enseigné et bien pratiqué, on le sait, le yoga est source de bienfaits anti-âge puisqu’il mobilise les articulations, améliore la souplesse, tonifie l’ensemble des muscles. Il fait aussi beaucoup pour atténuer les tensions qui finissent par nous donner l’air tendu, marqué. Ciblé, le yoga des hormones fait remonter le taux d’hormones qui diminue avec l’âge, ce qui freine le vieillissement. 

Sa pratique peut atténuer certains symptômes inconfortables de la ménopause comme les bouffées de chaleur, et apporte un regain d’énergie. Travailler la respiration booste les fonctions d’auto-nettoyage du corps et accélère les processus d’élimination des toxines, la peau se purifie.

Comment ça se passe. Le yoga des hormones consiste en un enchaînement de postures assez classiques de hatha yoga combinées à des respirations spécifiques issues du yoga tibétain et du kundalini, ainsi qu’à un travail de visualisation.

Le bon rythme. 3 fois par semaine. On l’apprend, puis on travaille chez soi les postures.

La méditation pour se détendre

Le stress donne mauvaise mine, le fait de l’éloigner oxygène tout notre être. Car c’est prouvé, la méditation de pleine conscience répare ce qu’il détruit dans le corps. Ses bénéfices sont reconnus, surtout pour freiner le vieillissement. Une étude (publiée dans « Psychoneuroendocrinology », juin 2011) a démontré que la méditation active la sécrétion de la télomérase, enzyme qui prévient l’usure des télomères à l’extrémité de nos chromosomes, ce qui favoriserait la longévité.

Comment ça se passe. On s’installe dans une position stable qui permet d’être détendue mais en alerte, et on ne fait rien. Au quotidien, chaque acte est destiné à l’obtention de quelque chose, là, il faut seulement se laisser être et observer ce qui se passe.

C’est bien que les premières séances s’accompagnent d’un débriefing, que quelqu’un explique que c’est normal de ressentir telle ou telle chose. La bonne attitude ? Ne pas en attendre trop ou un résultat précis, par exemple un calme à toute épreuve ou un front lisse comme après une injection de Botox. Méditer s’inscrit dans la durée et la régularité.

Le bon rythme. 10 à 15 minutes par jour.


Suivez-nous
@lazeoparis